You are here

Bakayoko-Ly Ramata porte la voix de l’Afrique de l’Ouest au 15ème anniversaire du Protocole de Maputo

Les africaines

La ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Pr Bakayoko Ly Ramata, a pris part le 14 décembre, à Addis Abeba (Ethiopie) au 15ème anniversaire du Protocole de Maputo, où elle a porté la voix de l’Afrique à ce panel de haut niveau consacré cette année au thème « le Protocole de Maputo 15 ans après : partage d’expériences-Bilans, défis et perspectives ».

Selon un communiqué transmis par son service de communication, elle a rappelé que l’État de Côte d’Ivoire a ratifié le Protocole de Maputo en octobre 2011 et déposé l’acte de ratification le 09 mars 2012, le pays ayant toujours consacré le principe de l’égalité entre ses citoyens, notamment entre les femmes et les hommes depuis son accession à l’indépendance.

« Ce principe a été réaffirmé dans la nouvelle Constitution datant du 08 novembre 2016 dans laquelle l’égalité entre la femme et l’homme est consacrée par une participation effective et paritaire à tous les niveaux », a souligné la ministre qui a pointé les nombreux efforts et progrès enregistrés dans de nombreux domaines.

Au niveau de l’autonomisation socio-économique des femmes par exemple, une attention particulière est accordée à l’entreprenariat féminin. « L’État ivoirien a mené plusieurs actions dont la mise en place de fonds spéciaux en faveur des femmes. Il convient de citer l’expérience du « Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI) qui, avec un capital actuel estimé à 10 milliards de FCA, soit 20 millions de Dollars US, a permis à 200 000 femmes d’accéder à des ressources financières à coût réduit, aux marchés, à l’information et à la technologie », a-t-elle affirmé, notant que ce fonds est « révélateur de l’engagement, de la Première dame de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara, en faveur des femmes ».

Selon la ministre, des avancées ont été également été enregistrées dans le domaine de la paix et de la sécurité tout comme en matière de sécurité alimentaire et de nutrition et au niveau de la participation politique des femmes.

Le gouvernement, a-t-elle assuré, entend poursuivre les réformes institutionnelles et juridiques à travers notamment la loi sur la représentation paritaire des femmes et des hommes dans les assemblées élues et la réforme du Code des personnes et de la famille, en cours d’adoption.

Pr Bakayoko Ly Ramata a partagé sa conviction en des lendemains meilleurs pour les femmes africaines en général et les Ivoiriennes en particulier, affirmant pouvoir compter sur une volonté politique de haut niveau, la synergie des institutions étatiques, la mobilisation des femmes, des communautés, l’appui des partenaires au développement qui sont autant de facteurs favorables à la promotion des droits des femmes.

Le protocole de Maputo est un accord international qui garantit des droits aux femmes en ce qui concerne le droit de participer au processus politique, l’égalité sociale et politique avec les hommes, une autonomie améliorée dans leurs décisions en matière de santé et la fin des mutilations génitales féminines.

 


Les africaines

Laisser un commentaire

Top