You are here
Home > Elle

Lieutenant Fatoumata Mariko : première femme nommée au poste de Commandant de Brigade de la Gendarmerie Nationale du Mali

Les africaines

Première femme nommée, le 31 décembre 2015, au poste de Commandant de Brigade de la Gendarmerie Nationale du Mali, le Lieutenant Fatoumata Mariko  a fait ses preuves de mérites de la femme malienne et de valeur intrinsèque à l’Unité Bleue de la Brigade Territoriale (BT) de Bamako-Coura sous l’égide du Directeur Général de l’époque, où elle passera trois  ans à la tête du service d’enquêtes et d’investigations. Vu son dynamisme, elle a été affectée par la hiérarchie  à la tête du détachement de Ouenzindougou, le  15 octobre 2017 où elle continue à rendre service à la nation à la grande satisfaction des populations et de sa Direction Générale. Selon les témoignages concordants, Lieutenant Fatoumata Mariko  œuvre inlassablement à l’instauration et au renforcement de la confiance entre les populations et les forces de l’ordre de notre pays dans leurs missions régaliennes. Elle s’attèle régulièrement, entre autres, à la délivrance régulière  des documents administratifs dûment confectionnés au niveau des Brigades aux usagers.  A l’occasion de la célébration de la fête d’Indépendance nationale  (22 septembre) et de celle du 20 janvier, elle rend gratis bien de services aux populations locales et aux partenaires potentiels de son détachement.  Un clin d’œil  sur les mérites d’une femme Officier appréciée à l’épreuve des faits !

Délivrer gratuitement les documents administratifs (Carte d’Identité, Certificat de perte…) élaborés au niveau des Brigades aux usagers à l’occasion de la célébration des deux fêtes du pays (22 septembre et 20 janvier) et cela, pendant toute une journée. Gratuitement, oui. Mais en mettant la main à sa poche pour rembourser ce qui revient à la caisse de l’Etat. Et cela, depuis sa prise de fonctions à la tête de la Brigade en 2015. Voilà une initiative qui contribue au rapprochement et au renforcement de l’élan de coopération entre populations, partenaires potentiels et forces armées et de sécurité de notre pays. Initiative qui est de notre sœur  Lieutenant Fatoumata Mariko.

A l’occasion de la fête nationale des forces armées et de sécurité, notre équipe de reportage a fait un tour dans les locaux de ces unités respectives de Bamako-Coura et de Ouenzindougou pour recueillir les témoignages des collègues  et des populations sur  notre Lieutenant.  Interrogée, le Commandant de Brigade Mariko dit que cette initiative est d’elle-même dans le but de garder et de renforcer la confiance qui existe entre son unité et les citoyens de sa circonscription territoriale. Une méthode de travail originelle qui, dans tous les quartiers de Bamako-Coura et de Ouenzindougou, a toujours aidé  notre brave sœur à débusquer et démanteler plusieurs nids de malfrats et mettre à jour d’autres actions nuisant le pays au plan sécuritaire.

Approchée par nos soins, Lieutenant Fatoumata Mariko recommande à ce que les femmes acceptent de croire en leurs rêves et de donner le meilleur d’elles partout où elles sont appelées à servir la chère patrie. Si le Lieutenant affirme que les débuts de toutes choses ne sont pas faciles, elle estime néanmoins que le meilleur secret professionnel  est de s’adapter et faire preuve de don de soi: «Ce n’est pas du tout facile mais c’est faisable. On fait les choses sur le même pied d’égalité que les hommes. Nous sommes recrutées sur les mêmes bases et recevons les mêmes formations ; que ce soit dans l’instruction civile ou la formation militaire», nous a-t-elle expliqué.

Pour rappel, notre Lieutenant dirige à présent la nouvelle Brigade de Ouenzindougou, située dans la Commune du Mandé, à l’orée de la ville de Bamako. Une nouvelle mission qu’elle compte accomplir pleinement et  avec le sens élevé de responsabilité, de dynamisme ; de patriotisme, de détermination et de tout son savoir-faire inné. «On doit être déterminé dans tout ce que l’on fait et j’appelle par l’occasion les jeunes filles à croire en ce qu’elles veulent. Il faut savoir mettre les préjugés de côté. Quand une femme donne le meilleur d’elle, elle peut même dépasser les hommes. On doit avoir un objectif bien déterminé et le suivre», a-t-elle conclu.

 Source : la seconde.net


Les africaines

Laisser un commentaire

Top