Sénégal : le Comité de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants (CLVF) s’insurge contre toutes formes de violences et lance un vibrant appel à la paix !

Publicités
Les africaines

Les périodes électorales sont très sensibles et généralement tendues avec une probabilité élevée de violences et de violations des droits humains.

Le CLVF, composé de vingt organisations de la société civile et présent dans les régions à travers ses antennes, est très préoccupé par les nombreuses menaces, notamment verbales, physiques et morales, les intimidations, les déclarations guerrières publiques, installant partout la psychose et la peur surtout à l’endroit des femmes et des jeunes.

Le CLVF s’élève pour dire non à tout toute forme de violence, quel qu’en soit l’auteur et de quelque bord que cela provienne. Il s’insurge contre l’enrôlement des jeunes dans la violence, les appels à la confrontation ainsi que l’encouragement de la violence sous quelque forme que ce soit, en prélude à l’élection présidentielle et à la campagne électorale.

Le comité lance un vibrant appel à l’Etat, garant de la paix, de la sécurité et du bien –être des populations, pour réaffirmer qu’un Sénégal émergent se construit dans la paix et la stabilité. Un socle social solide est le garant le plus sûr d’un développement durable.

Aux jeunes, l’appel est fait à la retenue, au sens moral et à la citoyenneté. Nous invitons au refus de sacrifier l’avenir sur le lit de la violence.

Aux acteurs politiques particulièrement les femmes dans les formations politiques à appeler à la sérénité et à la quiétude, à faire œuvre de promotion de la paix.

Aux populations notamment les femmes, conseillères par excellence, de consolider ce rôle d’éducation et de sensibilisation en famille et dans la communauté où tout le monde se connait, où chacun est parent de chacun, où quand le voisin est enrhumé toute la communauté tousse, où la parenté à plaisanterie entre ethnie, nom de famille, est un label bien sénégalais et un terreau à la paix et au dialogue.

Le CLVF en appelle à la citoyenneté, à la mesure, à la considération de l’intérêt supérieur du Sénégal qui nous appartient à tous et à toutes. Personne n’a le droit d’hypothéquer ce pays en l’enfermant dans une violence dans laquelle les femmes et les enfants vont payer le plus lourd tribut.

Le CLVF compte beaucoup sur la voix des autorités religieuses, traditionnelles et coutumières de même que sur les médias, pour la pacification de l’espace électoral.

La paix est une denrée précieuse pour nos jeunes démocraties. Nous avons le devoir de la consolider et la préserver en toute responsabilité et citoyenneté !!

 

 


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *