You are here

Ethiopie : 33ème réunion consultative du pré-sommet de la société civile sur l’intégration du genre

Les africaines

La 33ème réunion consultative du pré-sommet de la société civile sur l’intégration du genre au sein des Etats membres de l’Union Africaine  a eu lieu les 03 et 04 février à Addis-Abeba.

Organisée par la GIMAC (le genre est mon agenda), sur le thème « Vers des solutions durables et sensibles au genre pour les déplacements forcés », la rencontre vise à identifier des stratégies et interventions continentales efficaces pour lutter contre les migrations forcées surtout au niveau des femmes et des filles.

Les femmes et les filles déplacées de force par un conflit, des catastrophes naturelles, des raisons économiques ou d’autres causes font face à des menaces spécifiques et à diverses formes de discrimination, de violence et de violations des droits humains fondées sur le sexe.

C’est dans ce sens que la GIMAC compte prendre à bras le corps cette question de déplacement forcé des femmes et des jeunes filles, les violences faites aux femmes dans le continent Africain.

A en croire,  Mme Martha Muhwezi, présidente par Intérim du Réseau GIMAC, le thème la réunion correspond à celui du Sommet de l’Union africaine: «Année des réfugiés, des rapatriés et des personnes déplacées en Afrique: vers le développement durable» Solutions au déplacement forcé ».

La rencontre a permis d’identifier des stratégies et interventions ayant des implications continentales pour lutter efficacement contre la migration forcée de manière à centrer les femmes et les filles et leurs priorités.

Selon elle,  Cette réunion qui est la 33ème réunion consultative pré-sommet sur l’intégration du genre au sein de l’Union Africaine   donnera des occasions encore pour faire appel aux Agences des Nations Unies, à l’Union Africaine, aux chefs d’Etats membres de l’Union africaine et d’autres organisations de la société civile, afin de garantir que les voix des femmes et des jeunes soient considérer dans la  recherche de solutions durables au déplacement forcé conclut-elle.

Elle a également permis à la GIMAC de se pencher sur les réalités des femmes et des filles déplacées de force et de définir des solutions durables et sensibles au genre pour les femmes et les jeunes filles déplacées de forces (ces déplacements qui sont pour certaines de femmes causés par des conflits, des rebellions et pour des jeunes filles par des mariages précoces).

L’objectif de la tenue de cette rencontre selon les organisateurs est de mettre en place un forum pour l’Afrique visant à identifier les principaux problèmes, des défis et des priorités en matière de genre d’une part, de définir des engagements et recommandations réalisables liés sur la question des déplacements forcés devant être soumis aux Etats membres et à la Commission de l’Union Africaine pour examen.

En rappel , la rencontre de la GIMAC s’est tenue  quelques jours avant le 32èmesommet des chefs d’Etat membre de l’Union africaine qui sera une opportunité pour la GIMAC de présenter les recommandations issues de la réunion en vue de son adoption

 

 


Les africaines

Laisser un commentaire

Top