You are here

Autonomisation de la femme en Afrique: l’UNFPA et la Fondation Ecobank se donnent la main

Publicités
Les africaines

Les experts venus de sept pays membres du Projet d’Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique du Sahel (SWEDD) se sont réunis du 1er au 5 juillet 2019 à Lomé pour prendre part à un atelier de formation sur le leadership et la gestion financière.  Cette rencontre  a eu lieu après l’accord  de partenariat conclu entre le Bureau Régional du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) pour l’Afrique de l’Ouest (chargé de la coordination du projet SWEDD) et du Centre Ecobank Transnational Incorporated ,

Elle visait à renforcer les capacités des responsables des unités de gestion du projet SWEDD, des ministères sectoriels et des ONG partenaires d’exécution du projet régional ainsi que des gestionnaires financiers et administratifs des bureaux pays de l’UNFPA

Selon  Mme Rose Gakuba, qui représentait le Directeur Régional de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et Coordonnateur du projet SWEED,  « la formation  permettait aux experts d’améliorer outre leurs compétences en gestion financière, d’approvisionnement et d’appui, les compétences comportementales nécessaires à la mise en œuvre du projet SWEDD et au-delà »

De son côté, la fondation Ecobank ETI s’est engagée à jouer sa partition dans le développement des pays de la sous-région à travers son accord de partenariat avec l’UNFPA.

En rappel,   cette rencontre a été organisée en prélude à la table ronde de mobilisation de ressources, le 6 juillet dernier à Niamey au Niger en marge du Sommet des Chefs d’État de l’Union Africaine (UA).

Démarré en 2016, le projet SWEDD vise à renforcer le niveau d’autonomisation des femmes et des filles en vue de favoriser le développement dans les sept pays membres (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mauritanie, Mali, Niger et Tchad).

Grâce à un financement de la Banque mondiale, près de 80 millions de dollars sont alloués à 19 sous-projets visant à améliorer l’autonomisation des femmes et des jeunes filles, permettre l’anticipation économique des femmes et favoriser la scolarisation des filles et la réduction du nombre de mariages non consentis des enfants.


Les africaines

Laisser un commentaire

Top