You are here

Violences sexuelles : Plan national sur la déclaration de Kampala en évaluation en RDC

Les africaines

L’objectif est de faire le suivi des résolutions de la réunion tenue en octobre 2018 avec les intervenants du groupe thématique vsbg et le ministère du Genre, dans le cadre de la mise en œuvre du Pan/Dk.

La déclaration de Kampala sur les violences sexuelles et basées sur le genre(Bsbg) totalise au mois de décembre de cette année, 8 ans d’existence. Au niveau de chaque pays, il y a des avancées significatives du point de vue de la mise en œuvre mais aussi des défis et challenges persistent. C’est dans ce contexte que la concertation des collectifs des associations féminines de la région des Grands Lacs (Cocafem/GL) a réalisé en 2016 un état des lieux, les progrès et les acquis, les bonnes pratiques ainsi que les défis persistant dans la mise en œuvre de la déclaration de Kampala sur les Vsbg au Burundi, en Rdc et au Rwanda.

Par la suite, le gouvernement du Burundi, de la Rdc et du Rwanda a pris en compte les recommandations de la 3ème conférence régionale de 2016 sur l’état de mise en œuvre et de domestication de la déclaration de Kampala et de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le droit des femmes, paix et sécurité.

Suite à un plaidoyer mené par la Cocafem/GL auprès des autorités nationales de la Rdc ayant en charge les questions Vsbg, les droits de la femme et la justice dans leurs attributions et vers la fin de l’année 2017, ce pays s’est doté d’un plan d’action national pour la mise en œuvre de la déclaration de Kampala sur les violences sexuelles et basées sur le genre (Pan/Dk sur les Vsbg).

Ce processus a été confié par la coopération suisse et canadienne.

En Rdc, ce plan constitue un pas décisif dans la volonté nationale de s’approprier et de domestiquer ladite déclaration et le protocole de la Cirgl sur la prévention et la suppression des violences contre les femmes et les enfants victimes des vsbg un épanouissement à tout point de vue pour le bien du pays.

En 2018, une évaluation du plan national a été fait par la production d’outil, fiche de collecte de réalisation du Pan/DK et présentée aux intervenants vsbg afin d’encourager un engagement personnel et/ou collectif à améliorer la mise en œuvre du Pan/DK.

En 2019, une autre évaluation de l’état des lieux de mise en œuvre du Pan/Dk vient d’être faite en Rdc à travers une journée d’échange avec tous les intervenants du groupe thématique Vsbg organisée par l’Agence nationale de lutte contre les violences faite à la femme et à la jeune et petite fille(Avifem).

L’objectif est d’identifier les enjeux majeurs liés à la mise en œuvre du Pan/Dk sur les vsbg et les résolutions de cette déclaration posant toujours des défis à leur mise en œuvre, faire le suivi des résolutions de la réunion tenue en octobre 2018 avec les intervenants du groupe thématique vsbg et le ministère du Genre.

Adoptée en décembre 2011 à Kampala en Ouganda par les Chefs d’Etat et de gouvernement de la conférence internationale sur la région des Grands lacs(Cirgl), la déclaration de Kampala sur les vsbg est un effort de concrétisation du protocole de la Cirgl sur la prévention et la répression des vsbg contre les femmes et les enfants de 2006. Elle est une réponse à une situation caractérisée par des conflits armés prolongés dans la région, dont les femmes et les filles payent un lourd tribut à travers des violences sexuelles inouïes.

Elle s’articule autour de trois principaux thèmes :

Prévenir les violences sexuelles vasées sur le genre

Mettre fin à l’impunité et enfin

Assister les victimes et rescapés de vsbg.

SOURCE : DIGITALCONGO .NET  


Les africaines

Laisser un commentaire

Top