You are here

Mastercard met en lumière la diversité des genres et l’entrepreneuriat féminin au Forum économique mondial en Afrique.

Les africaines

Dans le cadre de son engagement à soutenir l’avancement de la mixité et de l’inclusion en Afrique, Mastercard a organisé la deuxième édition de son événement « Ensemble, nous dirigeons », réunissant des femmes leaders réputées pour débattre du rôle important des femmes entrepreneures en Afrique.

Amanda Dambuza – entrepreneure et écrivain, Lee Ann Lancaster – directrice de la croissance de Mama Money, et Dr. Adriana Marais – physicienne, technologue, candidate astronaute au projet « Mars One » et fondatrice de #ProudlyHuman – ont participé à une table ronde animée par Shamina Singh: vice-présidente exécutive et présidente de développement durable du Centre de Mastercard pour la croissance inclusive, pour discuter des défis auxquels font face les femmes d’affaires en herbe à travers l’Afrique.

Rendre l’éducation, la technologie et le capital plus accessibles, dans le but d’encourager le dialogue culturel et vaincre les stéréotypes sexistes… les débats de la manifestation ont porté sur les manières dont le potentiel des femmes pourrait être utilisé pour créer des économies plus fortes et plus durables à un moment où l’échec d’intégration des femmes dans les économies nationales coûte à l’Afrique subsaharienne une perte de productivité de 95 milliards de dollars par an.

« Aujourd’hui, #l’entreprenariat féminin est l’une des plus grandes opportunités pour les femmes africaines. Bien que l’Afrique soit la seule région du monde où plus de femmes que d’hommes choisissent de devenir entrepreneurs, les femmes sont encore contraintes par le manque de soutien et de ressources, de formation et d’acceptation sociale. A Mastercard, nous nous engageons à combler l’écart entre les sexes – qu’il s’agisse de faire progresser les femmes vers des postes de direction, de constituer des équipes diversifiées, d’assurer l’équité salariale ou d’investir dans des programmes spécialisés et dans des  partenariats », a déclaré Suzanne Morel, Responsable pays – Afrique du Sud, Mastercard. .

Le débat a également porté sur l’impact positif que la numérisation de l’argent peut avoir en intégrant davantage de personnes dans l’économie formelle, en réduisant la pauvreté et les inégalités de revenus, ce qui est particulièrement bénéfique pour les femmes touchées de manière disproportionnée par l’exclusion financière. En aidant les populations à se connecter aux réseaux qui les aident à épargner, à développer leur activité et à assurer leur sécurité financière, les gouvernements et les entreprises partenaires contribuent de manière positive non seulement à la croissance des individus, mais également à celle des économies locales.

 « Grâce à notre Laboratoire d’Inclusion Financière, nous avons pu aider des millions de femmes via les produits que nous avons lancés pour soutenir des secteurs tels que l’éducation, l’agriculture et les PME. Kupaa, notre outil de paiement numérique pour faciliter le paiement des frais de scolarité, est actuellement disponible dans plus de 350 écoles en Afrique, avec plus de 160 000 étudiants et 110 000 parents qui utilisent la solution. Ce n’est qu’en adoptant une approche de partenariat que nous pourrons générer des idées et relever les défis locaux pertinents pour les populations mal desservies et non bancarisées », a déclaré Salah Goss, Responsable du Laboratoire d’Inclusion Financière de Mastercard.

Source : communiqué


Les africaines

Laisser un commentaire

Top