Pour booster l’entreprenariat femme et jeune au Mali : la ministre Safia Boly partage sa vision avec les incubateurs

Publicités
Les africaines

Appelé aussi accélérateur de startup, un incubateur est une structure qui accompagne des projets de création d’entreprise, en lui apportant un appui en matière d’hébergement, de conseil et de financement, généralement lors des premières étapes de la vie de l’entreprise.



Dans cette perspective, la ministre de la Promotion de l’Investissement privé, des Petites et Moyennes Entreprises et de l’Entreprenariat national, Mme Safia Boly a rencontré le Conseil national des incubateurs du Mali, vendredi dernier dans la salle de conférence de son département.

 Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre du renforcement des actions d’accompagnement, de développement et de promotion de l’entrepreneuriat femme et jeune au Mali, initiées par son département. L’objectif était de partager sa vision en la matière avec les jeunes incubateurs.

Occasion pour les jeunes incubateurs de faire part des difficultés de financement et de levée de fonds auxquelles ils sont confrontés. « Nous avons besoin que l’état puisse véritablement nous accompagner, s’impliquer dans l’accompagnement des jeunes qui sont pour l’essentiel des Maliens qui vont aussi contribuer à la croissance de notre pays », a confié Seydou Sy, incubateur Jokkolabs, à sa sortie, convaincu que la ministre Safia Boly apportera des solutions concrètes à leurs problèmes. Intervenant à ce propos, la ministre Safia Boly a dit avoir noté, au sortir de cette première prise de contact, le besoin d’avoir un modèle pérenne pour les incubateurs.

Certains travaillent sur fonds propres. D’autres, plus chanceux, ont pu obtenir des projets avec les partenaires techniques et financiers (PTF). Certains sont des volontaires, a-t-elle énuméré. Ces différents modèles comportent chacun un risque. « Nous devons les aider à gérer ce risque pour qu’ils puissent avoir un succès dans leur activité, qui va se répercuter sur les entreprises », a soutenu la patronne de l’Entrepreneuriat national.

 Précisant que le rôle de l’état est, non pas de les financer, mais de créer un cadre législatif et réglementaire qui leur permettrait d’évoluer facilement et de s’assurer qu’ils ont assez d’indicateurs poisitifs pour que son département puisse garantir le succès des entreprises. La ministre Safia Boly a, en outre, rappelé que son département a eu des dialogues avec les PME, les entreprises en naissance. Elle dit avoir aussi échangé avec les structures de micro-finance, les banques commerciales, la Banque centrale, la BOAD, la BNDA ainsi que la BDM-SA.

« Aujourd’hui, nous sommes en dialogue avec les incubateurs parce que non seulement ils représentent un maillon critique pour les entreprises qui doivent aller à l’échelle. Ils sont aussi un maillon critique pour celles qui sont en train de naître », a justifié Safia Boly.

C’est pourquoi, le rôle de l’incubateur, qui doit être d’abord bien connu, mérite d’être renforcé. Pour ce faire, il importait de savoir quels sont leurs défis et leurs enjeux de manière à pouvoir les soutenir. Car, leur succès déterminera celui de l’entrepreneuriat, a interpelé la ministre chargé de l’Entreprenariat national.

 Source : l’essor


Les africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *